42%
4 238 / 10 000 actions

Le changement climatique tue, chaque semaine. Cette réalité, c’est celle à laquelle se heurtent des millions de personnes en Afrique, où la crise climatique aggrave chaque jour la faim dans un monde qui en souffre déjà.

Au Sahel et dans la Corne de l’Afrique, les crises et les conflits s’accumulent. Pauvreté extrême, inégalités criantes, montée en flèche des prix des denrées alimentaire, du carburant et des engrais et bien sûr, crise climatique : les menaces qui touchent les deux régions sont multiples et ont déjà des impacts dramatiques.

Aujourd’hui et dans ces conditions, 7,6 millions de personnes au Sahel central (Mali, Niger, Burkina Faso) auront besoin d’assistance alimentaire en 2023 et on estime, dans la Corne de l’Afrique, qu’une personne meurt de faim toutes les 36 secondes en Ethiopie, au Kenya et Somalie, des pays ravagés par la sécheresse. Au Soudan du Sud, c’est plus de la moitié de la population – soit 7,7 millions de personnes – qui fait face à une situation d’insécurité alimentaire aigüe. L’immensité des chiffres le montre : tous ces pays font face à leur pire crise alimentaire et nutritionnelle depuis des années.

Dans le même temps, les changements climatiques continuent d’aggraver encore davantage la situation de ces millions de personnes qui souffrent de la faim. Les phénomènes météorologiques extrêmes, de plus en plus nombreux et violents, réduisent en effet la capacité des populations pauvres à contrer la faim et à faire face aux chocs à venir, en particulier dans les pays à faible revenu. La Somalie, le Soudan du Sud, l’Ethiopie et le Kenya sont confrontés à la pire sécheresse qu’ils n’aient jamais connue après cinq années de pluies insuffisantes voire inexistantes.

Face à ces constats dramatiques et à l’urgence de la situation, la mobilisation de la communauté internationale reste bien trop faible. En 2022, à peine 62% des besoins de financements humanitaires estimés par l’ONU ont été comblés dans ces régions, un contexte dans lequel la France ne fournit pas sa juste part, n’ayant financé que 1,2% de cette somme totale. Sans solidarité internationale, il sera impossible de sortir des crises actuelles. Exigeons que la France remplisse son devoir de solidarité et ne laisse personne au bord de la route.

La France doit doubler son aide humanitaire pour la porter à 1 milliard d’euros dès cette année 2023, en s’assurant qu’au moins la moitié réponde aux crises que traversent les régions du Sahel et de la Corne de L’Afrique ! Pour exiger la solidarité, signez la pétition.